Si l’un augmente, l’autre aussi | prevoyanceprofessionellesuisse.ch
Fermer
Caisses de pensions cantonales

Si l’un augmente, l’autre aussi

Comme chaque année au printemps, nous recueillons tous les indicateurs importants des caisses de pensions cantonales.1 La vue d’ensemble s’avère être réjouissante, comme dans toute la branche: grâce à l’année de placement 2023, les pertes de 2022 ont pu être largement compensées.

17.04.2024
Temps de lecture: 2 min

En ce qui concerne le taux de couverture, les revenus du capital jouent un rôle important, mais également les hypothèses techniques sous-jacentes. Le taux d’intérêt technique avec lequel les engagements liés aux rentes sont actualisés n’a connu qu’une seule direction pendant plus de dix ans, à savoir la baisse. Durant les périodes de taux en baisse, voire négatifs, toutes les caisses de pensions ont dû réduire progressivement la valeur de 4%, comme cela était courant durant les années zéro, aux taux de 1 à 2% répandus aujourd’hui (les caisses de pensions cantonales ont en moyenne des valeurs un peu plus élevées que l’ensemble de la branche). Les engagements ont donc gagné en importance et le taux de couverture a baissé.  

Avec le revirement des taux d’intérêt il y a un peu plus de deux ans, la situation a changé. Le taux d’intérêt sans risque est passé d’une zone légèrement négative à un niveau parfois supérieur à 1%. Il est actuellement d’environ 0.7%. Les caisses de pensions peuvent ainsi s’attendre à des revenus systématiquement plus élevés, y compris sur le capital de prévoyance des bénéficiaires de rente.  

La grande question est désormais de savoir si les caisses de pensions doivent aussi relever leur taux d’intérêt technique. Le fait que le taux ait été abaissé si lentement à de nombreux endroits qu’il était encore trop élevé il y a deux ans et qu’il est tout juste adéquat dans l’environnement actuel incite à répondre par la négative à la question. Les caisses de pensions, avec leurs taux plus bas, peuvent aussi être tentées de créer une certaine marge de sécurité dans leur évaluation. Mais le fait que le taux doive s’appuyer sur les prévisions effectives en matière de rendement plaide pour le oui, ce que suggère également la directive technique correspondante (DTA 4) des experts en caisses de pensions. Une augmentation du taux d’intérêt technique a pour effet secondaire que le taux de couverture augmente également: pour les bénéficiaires de rentes, il faut réserver moins de capital, les engagements sont donc moins lourds.w 

Lors de la fixation du taux d’intérêt technique, le conseil de fondation ne devrait pas se laisser guider par un bilan embelli. Mais des effets secondaires agréables sont certainement plus favorables aux décisions que des effets secondaires désagréables.